Constats

Le gaspillage alimentaire à l'échelle européenne

Le gaspillage alimentaire est un défi mondial pour lequel les États peinent à mettre en place des mesures concrètes, il est donc urgent de repenser la façon dont nous produisons et consommons, afin que chaque être humain puisse durablement manger, avoir accès à une nourriture de qualité et in fine tout simplement à pouvoir continuer à vivre.

Le Parlement européen a rappelé dans une résolution de 2017 qu'environ 55 millions de personnes dans l'Union européenne (9,6% de la population) n'avaient pas la possibilité de s'offrir un repas de qualité tous les deux jours. Et pourtant, la FAO estime qu'un tiers de la production alimentaire mondiale est perdue (1,3 milliard de tonnes de nourriture chaque année). Le gaspillage alimentaire soulève ainsi des questions éthiques et morales pour l’ensemble de la communauté internationale.

D'un point de vue environnemental et climatique, les conséquences du gaspillage alimentaire sont considérables : la dégradation des sols et leur baisse de fertilité, l'utilisation excessive de l'eau, la dégradation des fonds marins et la surpêche sont des facteurs qui ont gravement réduit nos ressources naturelles et leur capacité à produire de la nourriture saine. L'ONU estime également que 30% de la consommation d'énergie est imputable au secteur alimentaire qui représente ainsi près de 22% des gaz à effet de serre.

Pour relever ces défis, en 2015 les Nations Unies ont adopté 17 objectifs de développement durable (ODD) qui ouvrent la voie à un avenir plus durable et plus équitable pour tous à l'horizon 2030. Pour s'attaquer spécifiquement au problème des déchets alimentaires, l'ODD 12.3 encourage les États à réduire "de moitié dans le monde le volume de déchets alimentaires par habitant dans la distribution et la consommation et à réduire les pertes alimentaires tout au long des chaînes de production et d'approvisionnement, y compris les pertes après récolte".

 

ODD FR

 

Dans l'Union européenne, 88 millions de tonnes de denrées alimentaires sont en effet gaspillées par an. Cela représente 20% de la production alimentaire totale jetée et 143 milliards d'euros de pertes. Ramené à l’échelle d’un individu, le gaspillage de nourriture est d’environ 173 kg par an.

Alors que les Européens et les Américains gaspillent entre 95 et 115 kg (selon les pays) de nourriture par an, en Afrique subsaharienne, ce ratio est de 6 à 11 kg. Les déchets de récolte et de stockage sont généralement dus à des méthodologies obsolètes ou mal contrôlées, souvent dans les pays en développement, tandis que les déchets alimentaires en fin de processus, au stade de la "consommation", sont dus à une surproduction, en particulier dans les pays industrialisés.

 

Le gaspillage alimentaire et les pertes alimentaires

La lutte contre le gaspillage alimentaire est essentielle pour une alimentation plus durable.

Une distinction doit être faite entre la notion de perte et de gaspillage alimentaire.

Les pertes alimentaires représentent les pertes qui se produisent en amont dans la chaîne alimentaire, pendant les semailles, la culture, la récolte, le traitement de stockage et les premières phases de transformation agricole.

Le gaspillage alimentaire, quant à lui, représente les déchets provenant de la transformation industrielle, de la distribution et de la consommation finale.

 

Le gaspillage alimentaire en France

A l’échelle de la France, le gaspillage alimentaire est estimé à environ 10 millions de tonnes par an (ADEME, Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, 2016).

 Schéma gaspillage en France

Concernant le pain, un rapport de l’ADEME calcule qu'une baguette française de 300g entraine 140g d'émissions de CO2 et consomme 155 litres d'eau, dû à l’irrigation et aux procédés de fabrication. Or chaque année en France, 300 000 tonnes de pain sont gaspillées, soit 4,5 kg par habitant (ADEME, 2014). Selon le ministère français de l'Agriculture et de l'Alimentation, cela représente un gaspillage par an de 16 000 kg de pesticides, 155 000 m3 d’eau et 543 000 tonnes de carbone produits inutilement.

La chaîne des fruits et légumes souffre également du gaspillage : 23% de la production totale de fruits et légumes est gaspillée chaque année en France, soit plus de 2 millions de tonnes. Ces fruits et légumes invendus utilisent 381 000 kg de pesticides (ministère de l'Agriculture) et produisent inutilement plus de 250 000 tonnes de carbone.

 

Le chômage des personnes en situation de handicap

Aujourd’hui en France, 500 000 personnes handicapées sont inscrites à Pôle emploi. Leur taux de chômage est deux fois supérieur à la moyenne nationale. Le taux de chômage des travailleurs handicapés s'élève à 19% contre 10% tout public (Gouvernement - Emploi des travailleurs handicapés 2018).

Les structures de l’insertion par le travail - comme les EA (Entreprises Adaptées) et ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail) pour la France - jouent un rôle capital dans l’accès au travail et à la dignité pour ces personnes. En France, ces structures emploient à ce jour plus de 140 000 personnes en situation de handicap.

SoliFoodWaste est un projet collaboratif entre des donateurs de pain, fruits et légumes invendus ou non commercialisés, des ESAT transformateurs, HTS en pilotage et commercialisation et des clients / distributeurs des produits finaux, tous engagés pour changer la donne et tendre vers une alimentation plus durable et socialement responsable.